Validité d’une cession d’actions pour 1 €
Lionel Mourot, associé
PLF 2018 : l’IFI remplacerait l’ISF
4 octobre 2017
Christophe Gripon, associé
Le compte pénibilité devient le compte professionnel de prévention, avec des obligations allégées pour les employeurs
4 octobre 2017

Validité d’une cession d’actions pour 1 €

Véronique Puille, associée

Le PDG et actionnaire à 65 % d’une société en difficulté cède toutes ses actions pour 1 € à une autre entreprise dans le cadre d’une transaction. En contrepartie, l’acheteur s’engage à apporter des fonds à la société vendue.

Trois ans plus tard, tandis que les fonds ont été versés, le cédant est révoqué de ses fonctions de dirigeant. Considérant qu’il a vendu ses titres à des conditions défavorables, il remet en cause la transaction et demande des dommages et intérêts à l’acheteur.

Il perd son procès. Pour être valable, une transaction nécessite des concessions réciproques. Ce qui était bien le cas ici. Certes, c’est la société qui a bénéficié des concessions de l’acheteur. Mais le dirigeant en a aussi indirectement tiré profit : la société ayant pu poursuivre son activité, le dirigeant a conservé son poste de PDG substantiellement rémunéré.